Comment faire une bonne recherche de bien immobilier ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Table des matières

Celle-là, je mettrais ma main à couper que vous l’avez déjà entendue au moins une bonne centaine de fois : statistiquement, on a plus de chances de mourir pendant un trajet en voiture que pendant un trajet en avion.

Sauf que. La perspective de perdre la vie dans un crash d’avion est quand même vachement plus terrorisante que dans une voiture qu’on conduit soir et matin et qu’on connait finalement aussi bien (voire même mieux) que sa belle-mère !

Introduction à mes conseils immobilier

Enfin, là ce n’est que mon avis buzimesque… Non, je vous dis ça parce que récemment, une petite histoire de vol compliqué est venue se glisser dans mes oreilles (et vous allez voir, bizarrement, elle renferme une très importante leçon à apprendre AVANT d’acheter un bien en Belgique).

C’est une maman qui raconte. Le vol se déroulait bien. Les gens étaient calmes et détendus.

Certains sciaient des bûches et faisaient profiter leurs voisins de leurs doux ronflements. D’autres jouaient aux cartes. Et d’autres encore lisaient ou feuilletaient des magazines. Sans encombre. Aussi pacifique qu’un vol de colombe à la lumière d’un soleil couchant…

Jusqu’à ce que le pilote franchisse une imposante chaine montagneuse.

Survivez aux tumultes

À ce moment très précis, les conditions météo se sont soudainement dégradées et l’avion n’était plus qu’une feuille de papier prise au piège dans une tempête infernale.

La maman raconte que les passagers qui dormaient se sont réveillés brusquement : Certains ont commencé à hurler. Les plus fragiles se sont mis à pleurer. D’autres ont vomi leur petit-déjeuner sur leurs voisins. Et d’autres se sont mis à prier et à dire à leurs proches combien ils les aimaient.

Mais la chose curieuse, c’est que son fils… un petit garçon d’un an et demi/deux ans a eu une tout autre réaction… Comment a-t-il vécu ce moment effrayant où l’avion faisait des siennes dans le ciel tumultueux ?

En riant aux éclats ! Balloté dans tous les sens, il devait sans doute se croire sur les montagnes russes ou en train de jouer à « papa jette-moi dans les airs »…

Détendez-vous !

Comme quoi… La gravité d’une situation n’existe que dans l’œil de celui qui en connait les conséquences ! N’est-ce pas ?

Et il en va de même pour l’achat d’une maison. Si vous avez l’intention de faire votre premier achat dans les semaines ou les mois à venir, vous aurez peut-être envie d’être accompagnés par une personne qui en a vu des vertes et des pas mûres.

Histoire de se rassurer et de ne pas se mordre les doigts plus tard en cas de *tempête* imprévue.

Acheter seul ? En couple ? Marié ?

Je promenais Pitou sur les trottoirs de mon village l’autre jour quand j’ai entendu une conversation que je n’aurais peut-être pas dû entendre…

Mais foi de Buzimo, je n’ai pas eu le choix. Quand Pitou se met en position de squat, il faut que je m’arrête net et que je le laisse déposer ses nobles hommages bien méthodiquement au pied d’un arbre. Je reste donc bien 15 à 20 secondes comme ça, à patienter…

Et ce jour-là, pendant ce court laps de temps, je perçois les bribes d’une conversation très houleuse entre un homme et sa femme qui avaient, visiblement, oublié de fermer une fenêtre avant de s’envoyer des noms d’oiseaux.

Et à un moment donné, j’entends distinctement :

« C****, tu vas faire tes valises et tu te barres de chez moi ! »
« De chez moi ? Pardon ? Je te rappelle que c’est moi qui ai insisté pour qu’on achète cette maison, elle est autant à toi qu’à moi, tu peux toujours rêver pour que je parte d’ici… »
« Haha, je te rappelle qu’on n’est pas mariés et que c’est moi qui paye le crédit ici ! »

On aurait dit une scène de la Guerre des Roses. Vous avez vu ce film ? Ils n’en étaient pas encore à se jeter des assiettes à la tête, mais ce n’est pas l’envie qui leur manquait, à mon avis.

Ce qui me ramène au point suivant : quand on achète une maison en tant que simples « concubins », on reste de simples « étrangers » l’un pour l’autre aux yeux de la loi… Et qu’est-ce que ça veut dire ça ?

Petite subtilité juridique

Qu’en cas de décès (et on est bien d’accord, c’est bien la dernière chose que Buzimo vous souhaite !) la moitié du bien revient non pas à celui qui reste, mais à la famille du défunt !

Alors, je ne sais pas si vous avez prévu d’acheter un bien en tant que concubins avec votre moitié… mais si c’est le cas, rassurez-vous : pour répondre à ce dramatique cas de figure, nos Hommes de loi ont créé le régime de la « tontine »…

C’est le mode d’acquisition par lequel on devient automatiquement propriétaire de la totalité du bien et on ne doit donc pas partager la maison avec la famille du défunt, en cas de décès.

Enfin, voilà qui va en rassurer certains… Mais que ça ne vous donne pas des idées, hein ^^ !

Éplucher les annonces de bien a vendre

Si vous épluchez les annonces immobilières comme un écureuil épluche ses noisettes au fond de son nid en hiver, vous êtes forcément déjà tombé au moins quelques fois sur une info (très) sympa à avoir, en plus des photos : les plans de la bicoque !

On n’achète pas un chat dans un sac, disait Buzimix, mon aïeul… Et le plan de maison fidèle, je n’aurai pas beaucoup de mal à vous convaincre, c’est le genre d’élément qui peut faire pencher la balance dans un sens ou dans l’autre.

Parce que le problème c’est que parfois, les annonces sont gonflées… comme une histoire racontée à Marseille… Mais pas forcément toujours de manière intentionnelle.

Ce n’est pas un mensonge, mais…

Que je vous explique… Voyez-vous, en Belgique, l’expression « mètres carrés habitables » n’est soumise à aucune réglementation. On y totalise un peu ce qu’on veut. Et ça, ça peut porter à confusion.

Par exemple : un jour, un monsieur s’est plaint que les 600 mètres carrés habitables d’une jolie bicoque qui lui avait plu, dans le Brabant wallon, incluaient aussi la cave, le grenier, les garages et les différentes annexes sans prendre en compte les différentes hauteurs sous plafond… ce qui faisait chuter drastiquement la surface habitable réelle.

Et avec elle, la valeur perçue dans son esprit logique et calculateur.

Demandez les plans !

Alors, oui, mon petit reptile au sang chaud, si vous en avez l’occasion, demandez à voir les plans de la maison que vous convoitez. Si le vendeur a constitué un dossier sérieux avant de mettre sa maison en vente, vous devriez pouvoir les consulter.

Un coup de foudre sur internet est si vite arrivé, mais quand c’est l’effet Manneken Pis au bout du couloir, c’est pas toujours risettes et castagnettes !

Que faire avant de visiter une maison à vendre ?

De temps en temps, je vais faire un tour sur Amazon pour un petit coup de lèche-vitrine virtuel… Parfois je prends des croquettes pour Pitou. Parfois, je m’achète un bouquin.

Et parfois, je zieute juste les meilleures ventes. Vous savez, on peut en apprendre beaucoup sur les gens en regardant les meilleures ventes sur Amazon. Et aujourd’hui, dans le top 3 des ventes ? Le masque jetable anti-microbes !

Le Corona virus flanque les pétoches à tout le monde… Les gens ont peur, et y a de quoi. Et quand les gens ont peur qu’est-ce qu’ils font ? Hein ? Ils essayent de se protéger et d’anticiper le pire, exactement !

Si vous me laissez ramener le poisson à ce qui m’occupe de manière quotidienne (l’immobilier), je vous dirais que c’est un trait commun que je vois chez toutes les personnes qui s’apprêtent à acheter un bien immobilier :

La peur de faire une bêtise.

Alors si vous me le permettez, aujourd’hui j’aimerais vous offrir sur un plateau un petit cadeau. Ce petit cadeau ce sont 5 questions à poser lors de votre prochaine visite.

Faites-en ce que vous voulez (rangez ça quelque part, envoyez-les à un ami ou tatouez-les sur vos cuisses…), mais ces questions peuvent vous permettre de débusquer les futurs problèmes et donc d’éviter le pire !

Sans plus attendre…

Question 1 : Quels gros travaux ou rénovations avez-vous réalisés ?

On n’achète pas un chat dans un sac… et connaitre les éventuels points faibles d’une bicoque, c’est vraiment le minimum avant de signer !

Question 2 : Depuis combien de temps le bien est-il en vente ?

Une maison qui stagne sur le marché, c’est une bonne et une moins bonne nouvelle. Je commence par la moins bonne : si elle stagne, c’est probablement que le vendeur en demande trop cher… mais voici la bonne : si elle stagne, vous avez probablement une marge de négociation.

Tôt ou tard, votre vendeur voudra boucler la vente.

Question 3 : Pour quelle raison vendez-vous votre maison ?

C’est ici que vous pouvez comprendre beaucoup de choses sur les intentions (honnêtes ou pas du vendeur) ! Ouvrez les yeux et les oreilles !

Question 4 : Combien avez-vous payé ce bien initialement ?

Ici, on joue un peu sur terrain glissant. Parce que c’est une question qui peut être un tantinet indiscrète. Mais l’objectif est double.

D’abord, vous vous rendez compte si c’est un bien qui a pris de la valeur avec le temps (ça vous donne une perspective).

Et ensuite, ce genre de question peut ouvrir la brèche à la négociation du prix. Si la marche est intéressante pour le vendeur, il sera plus enclin à « faire un geste ».

Question 5 : À quand remonte votre dernier entretien des gouttières ?

Cette question est plus subtile qu’elle en a l’air… Oui, l’entretien des gouttières est une tâche importante qu’il faut effectuer de temps en temps.Mais si votre vendeur peut vous répondre avec assurance qu’il a fait le boulot, sans hésiter, alors il y a de grandes chances pour qu’il ait pris soin de toute sa maison dans sa globalité.

Restez zen

Évidemment, vous n’allez pas passer chaque vendeur au détecteur de mensonges quand vous leur poserez ces questions.

Mais dans les réponses que vous recevrez, vous pourrez déceler l’une ou l’autre gêne en abordant tel ou tel sujet. Et souvent, c’est un indicateur suffisant pour vous mettre la puce à l’oreille.

Bien entendu, le but n’est pas de vous rendre parano, mais bien de vous aider à aller un peu plus loin que le simple « coup de cœur ».

Sur ces pas très belles paroles, ma tirade est terminée… À plus dans le bus !
Buzimo

Buzimo®
La Lettre de Mr Buzimo
D'autres articles

Chaque semaine, j’envoie un petit mot dans la boite mail de mes chers abonnés, je leur raconte une petite anecdote sympathique et SURTOUT, je leur dévoile un vrai bon plan ou une vraie bonne astuce pour éviter de perdre de l’argent, pour économiser de l’argent, pour ne pas se faire rouler ou pour prendre des décisions pleines de bon sens en matière d’immobilier.

La Bonne Estimation

BESOIN DE FAIRE ESTIMER VOTRE BIEN ?

Vous êtes au bon endroit !

Soumettez votre demande à La Bonne Estimation et recevez un rapport complet sur la valeur de votre bien.

  • ✔︎ 100 % gratuit
  • ✔︎ Pas de surévaluation
  • ✔︎ Une estimation précise, grâce à des outils précis
  • ✔︎ Pas de coup de téléphone/vous ne rencontrez personne
  • ✔︎ 30 ans d’expérience dans l’estimation de biens immobiliers